Jean Luc Moreau Romain

Si je peins, c'est que je suis bien

La preuve en est qu'il m'est difficile de l'expliquer. La seule façon de le faire est d’en faire un portrait.
Je suis un peintre anonymaliste dont la seule préoccupation est de peindre. La fonction : de se rendre compte de ne pas savoir peindre… comme la plupart des gens qui savent se nommer « ARTISTE ». L’autre fonction : de se rendre compte ne pas savoir vendre, mais celle-ci a-t-elle de l’importance ?
Une troisième entité est de trouver des subsides pour acheter des abris pour le cumul d’œuvres amassées de tout format, toute matière car je ne jette rien, ce que je considère digne de valeur peut m’effrayer le lendemain et complètement nul ce que je trouverai génial deux semaine plus tard. Et, comme je n’aime pas me répéter, j’aime conserver près de moi les choses qui ont déclenché une recherche. Dès que je perçois le but, je change du tout au tout pour ne pas se faire reconnaître ; pas de pot, ceux qui me côtoient, artistes ou ayant horreur du mot, savent ma patte, savent mes tics, tocs et redondances que je peine à éviter.

Je travaille mon égo anonymal, celui dicté par le stratium, le reptile rampant sous les orteils, oreille sourde aux suggestions dépassant le stage animal.  Cet égo aux accents acerbes dont chaque humain est affublé, celui qui nous triture, celui que je triture
… 
Créé avec Artmajeur