Jean Luc Moreau Romain

Retour

Paysonge

La plupart de ces paysages sont faits sur une toile de lin apprêtée attachée à un châssis mais non tendue, de façon à pouvoir rouler la toile pour l'envoi. Cette technique n'est valable qu'avec une peinture souple. À charge de la retendre sur un châssis correspondant à réception. J'ai utilisé cette technique depuis longtemps et je viens de découvrir qu'aucun dommage n'a été subi par des toiles démontées et remontées plusieurs fois il y a plus de 20 ans pour être finalement insérées dans les lambris... La plupart de ces paysages sont faits sur une toile de lin apprêtée attachée à un châssis mais non tendue, de façon à pouvoir rouler la toile pour l'envoi. Cette technique n'est valable qu'avec une peinture souple. À charge de la retendre sur un châssis correspondant à réception. J'ai utilisé cette technique depuis longtemps et je viens de découvrir qu'aucun dommage n'a été subi par des toiles démontées et remontées plusieurs fois il y a plus de 20 ans pour être finalement insérées dans les lambris d'une grande demeure non chauffée (fluctuation d'humidité et de température énorme). De ce fait, je me relance dans cette technique, très utilisée à la Renaissance et bien avant : tapisserie de Bayeux -qui est une broderie- par exemple. Il reste très peu de ces peintures qui ont subit bien des ravages au même titre que beaucoup de fresques qui ont été détruites par ignorance.). Au fur et à mesure, cette galerie va se remplir de ces paysages qui vont, au même titre que les nus, vers le dépouillement. La plupart reflète d'un engouement personnel pour les arbres qui se découpent dans le ciel au dessus d'une colline : c'est un thème à rallonge que je triture comme je triture le thème du drapeau que je continue à peindre depuis que Picasso m'en a acheté une près de Genève.


Créé avec Artmajeur